Inédit : Robbie shooté par Harry Borden, dans le métro !

Sebastien
Presse
Affichages : 453

Inédit : Robbie shooté par Harry Borden, dans le métro !

Le 10 Mars 1997, le photographe Harry Borden a pris plusieurs photos de Robbie, pour le magazine Select. Il raconte l'histoire de ce shooting :

Au début de 1997, Robbie Williams était à une étape difficile de sa carrière, et il n'était pas facile de prédire ce qui allait se passer ensuite. Agé de 23 ans, il avait quitté le groupe Take That l'année précédente mais n'avait pas encore sorti son premier album solo. Quand j'ai été mandaté par le magazine de musique Select pour le photographier en mars 1997, il était assez joufflu et semblait un peu perdu.

Le magazine avait réservé un studio à Clerkenwell, au centre de Londres, et voulait que je fasse des portraits pour aller avec une interview de la journaliste Caitlin Moran. Mais Robbie n'était pas dans le meilleur état d'esprit pour le tournage. Je me souviens clairement que j'avais eu peu ou pas de conversation avec lui.

Ses problèmes d’abus de drogues à ce moment sont bien connus et il quittait périodiquement la pièce, revenait dans un état excité et montait la stéréo du studio à un volume désagréablement fort. Il portait un incroyable costume rayé, et je l'ai photographié en train de sauter comme un maniaque.

Ce n'était pas du tout un type de tournage intime; c'était juste un peu fou. À un moment donné, il a grimpé une échelle dans le studio. Ses assitants le regardaient et se tordaient les mains avec anxiété.

Cependant, même dans cet état imprévisible et ébouriffé, il était très charismatique et beau. Il avait des yeux incroyables et était super à photographier. Tous ceux qui l'ont photographié auront une photo de Robbie dans leur portfolio juste parce qu'il donne de bonnes photos.

Mis à part les portraits en studio, j'avais d'autres plans pour le tournage. Je suis un grand fan des célèbres photographies de Dennis Stock de l'acteur James Dean à Times Square, et je voulais essayer quelque chose de similaire. J'ai aimé l'idée de photographier quelqu'un de charismatique dans un cadre anonyme, j'ai donc proposé de sortir.

Le management de Robbie était très inquiet qu’il soit assailli, mais j’ai essayé de les persuader que c’était une bonne idée. J'ai dit que nous traverserions Clerkenwell jusqu'à la station de métro Farringdon, où je prendrais des photos de lui dans le hall, peut-être en lisant un journal. Ils ont accepté à contrecœur, bien que je ne leur ai pas dit mon vrai plan - le photographier dans une rame de métro de Londres !

Alors que Robbie et moi traversions la gare avec un entourage derrière nous, je lui ai dit ce que j'avais l'intention de faire et il a accepté. Alors, quand un train est entré dans le quai, lui et moi avons sauté juste au moment où les portes étaient sur le point de se fermer. Tout le monde, y compris ses relations publiques et mon assistant, se sont retrouvés abandonnés sur le quai !

Robbie et moi avons fait un arrêt dans le train jusqu'à la gare de King’s Cross. J'avais mon Fujifilm GW670 (un appareil photo télémétrique 6x7 avec un objectif de 90 mm), du film Kodak Tri-X et un trépied. J'ai fait environ 10 images. Personne dans le train ne nous a rien dit ou à peine levé les yeux. Nous sommes descendus à King’s Cross et avons repris le train pour Farringdon.

Si je voulais tourner quelque chose comme ça aujourd'hui, je devrais probablement obtenir une autorisation officielle ou le configurer avec beaucoup d'extras. Mais nous nous en sommes sortis alors parce que nous l'avons fait si rapidement.  Si vous demandez: «Est-ce correct de prendre la photo?», vous donnez simplement aux gens la possibilité de s’opposer. Ici, nous avons osé et je pense que l'énergie et la spontanéité sont tissées dans le tissu de l'image.

Plus tard cette année-là, Robbie a sorti son premier album solo, Life thru a Lens, et soudain, il était une plus grande star que jamais. Lorsque je l'ai photographié de nouveau, en 2005, il avait produit cinq albums à succès et signé un contrat record de 80 millions de livres avec sa maison de disques. Il était devenu l'un des artistes d'enregistrement les plus vendus au monde.

Le tournage, qui a eu lieu dans le luxueux Four Seasons Hotel George V à Paris, a été très contrôlé. On m'a dit de le photographier juste en train de traîner dans l'hôtel, sans lui donner de directions. Il ne voulait pas regarder la caméra.

Plus tard, je l'ai photographié sur scène. C'est un artiste phénoménal et ce fut un concert incroyable. J'ai rencontré ses parents et amis dans le bus touristique. Ils étaient très sympathiques et bavards, mais Robbie était dans son propre monde. Les deux fois où je l'ai rencontré, il semblait une énigme complète. Il était impossible de dépasser le personnage qu'il avait créé et de voir le vrai Robbie.

La meilleure photo que j'ai prise de lui est la prise de vue dans le métro. Elle a été sélectionnée pour l'exposition John Kobal Photographic Portrait Award 1997. Ce n'est peut-être pas l'un de mes favoris de tous les temps, mais c'était exactement la photo que je voulais. Aujourd'hui encore, 20 ans plus tard, je peux y jeter un œil et me réjouir d'avoir réussi à concrétiser mon idée.

 Découvrez les photos du shooting ci-dessous :

 


Commentaires sur Inédit : Robbie shooté par Harry Borden, dans le métro !

Soyez le premier à commenter
Merci de vous identifier pour commenter

Mon compte

Agenda

Voir Tous les Évènements

Dernières Vidéos

Dernières Photos